ci turu Yàlla laye tambalé midi àji yërëm jaam nëpu ci aduna di àji yërëm waay texe yi ci alaaxira
Rabbi as haabaka bil himmati wala tou rabbi him bid darsi fakhate...

Lâ illaha îlla Allah

Toute louange est à Dieu, Seigneur des mondes, comme il convient à la majesté de Sa  Face, de Sa Beauté et de sa Noblesse. Et louange comme Il aime qu’elle soit agréée. Une louange sans limite pour Celui qui est plein de générosité dont le bienfait à rappeler dépasse toute récompense . Celui dont les serviteurs sincères demandent  par  Son Nom et personne à part Lui de délier les langues pour l’invoquer et  de nous accorder le succès pour faire le bien et de nous compter au nombre des gens rassurés au Jour du tremblement et des secousses. 

Il n’y a de Dieu que Dieu, l’Unique sans associé, et Seyyidna Muhammed est Son serviteur et son Envoyé : que la prière et le salut soit sur Lui, ainsi que sur sa famille purifiée et ses compagnons bénis.

Lâ illaha îlla Allah est la parole sublime, brève dans sa forme, vaste dans ses effets , noble par son rang, brillante par sa lumière et unique par son mérite. Ce sont quatre mots lourd dans la Balance donnée dans chaque Livre révélé, à chaque Messager.

« Sache qu’il n’y a d’autre divinité que Dieu » (47 :19) et «  Dieu ! Il n’y a de dieu que Lui ! les noms les plus beaux lui appartiennent » (20 : 8) et « Nous n’avons envoyé auccun messager avant toi sans lui révéler : il n’y a de Dieu que Dieu » (21 :25)

Le Prophète (Paix et bénédiction sur Lui) a dit : « la meilleure parole prononcée par moi et par les prophètes avant moi c’est la formule : Il n’y a de dieu que Dieu »

Ibn Abbas l’interprète du Coran  (que Dieu soit satisfait de lui) a dit « Lâ illaha îlla Allah signifie : Nul être avantageux , ni nuisible, nul ne confère une puissance irrésistible , ni avilit, nul ne donne ni ne refuse autre qu’Allah »

Les nombreuses œuvres d’obéissance comme la prière, l’aumône, le jeûne, le pèlerinage ont été ordonné pour plaire à Dieu et obtenir sa satisfaction, du serviteur vers le créateur. Quant à Lâ illaha îlla Allah , c’est Dieu Lui-même qui agit à travers cette parole envers son serviteur comme il est dit dans son Noble Livre « Allah atteste qu’il n’y a nul dieu autre que Lui » (3 :18)

Ibn Omar rapporte que l’Envoyé d’Allah disait : « les gens du Lâ ilahâ illâ ne seront dans la solitude aride ni au moment de la mort, ni à l’instant du Rassemblement. C’est comme si j’observais les gens du Lâ ilahâ illâ Allah, au moment du Cri, secouer la terre de leurs cheveux et dire : La louange est à Allah qui a dissipé notre tristesse. »

Les noms donnés à cette parole qui n’est  soumise à aucune limite montrent la vérité éclatante. Elle est le tawhid (l’unicité)  al ikhlas (la sincérité) al ihsan (l‘excellence), dawat al haqq (l’appel du Vrai), al ‘adl (la justice) al tayyib minal qawl (la substantifique parole) al kalimat attayyiba (la bonne parole) al kalima atthabita (la parole ferme) attaqwa (la piété) al kalimat al baqiya (la parole permanente)  kalimat Allah al‘uliya( la sublime parole d’Allah) kalimat al sawa’ (la parole de l’équivalence) kalimat annaja (la parole de la délivrance) al ‘ahd (le pacte) al istiqama (la droiture) maqalid al samawat wal ‘ard (les clés de déploiement des cieux et de la terre) al qawl assadid (la parole qui comble) al birr (la bonté) al din al khalis (la religion pure) al sirat al mustaqim (la voie droite) kalimat al haqq (la parole de vérité) Al ‘urwat al wuthqâ (l’anse la plus solide) kalimat al sidq (la parole de véracité)

Sache que l’arbre de La illaha Illa Allah constitue l’arbre du bonheur. Si tu le plantes dans le terrain de l’assentiment , l’irrigues de l’eau de la sincérité et tu l’entretien par les bonnes œuvres, ses racines se consolident, son tronc se raffermira , ses feuillent verdiront, ses fruits mûriront et se multiplieront : « Il donne ses fruits en abondance, en toute saison avec la permission de son Seigneur » (14 :25)

Selon Abû Mûsa al-Ash'ari, l'Envoyé de Dieu (?) a dit: "La dissemblance entre celui qui se rappelle de Dieu et celui qui ne s'en souvient pas s'apparente à celle du vivant par rapport au mort."

C’est cette parole qui vivifie et garantit les œuvres dans ce bas monde et dans l’autre contrairement aux autres qui faneront et disparaitront. « Nous n’avons considéré les œuvres qu’ils ont accomplies ; nous avons trouvé que de la poussière disséminée (25 :23) »

Pour celui qui invoque son Seigneur sa vie est en permanence ininterrompue et ne s’arrête pas car il est vivant , même s’il est mort par une vie meilleure et plus parfaite que celle de l’homme mort sur le chemin de Dieu  sans invocation et ceci en raison du hadith authentique de l’Envoyé (Paix et Bénédiction sur lui) où il dit « Voulez vous que je vous indique ce qui est meilleur pour vous que combattre l’ennemi pour qu’il vous tranche la nuque ou que vous tranchiez la sienne , c’est le dhikr de Dieu. »

On rapporte que Moise (le Salut soit sur lui) a dit : Ô Seigneur apprend moi quelque chose avec quoi je puisse me souvenir de Toi et Te prier – et Il dit Ö Moïse dis La illaha Illa Allah ! » Seigneur dit Moise tous Tes serviteurs disent cela  - Dieu dit alors Ô Moise si les sept cieux et ceux qui les habitent, et les sept terres étaient sur le plateau d’une balance et si Lâ illaha illa Allah était sur l’autre ,  Lâ illaha illa Allah pèserait plus lourd qu’eux tous » rapporté par Nasa’i ,al Hakim, ibn Hibban et Abu Ya’la

Le tawhid est donc la plus grande de toutes les grâces et ce qui rapporte le plus grand profit en ce monde et dans le suivant. Celui que Dieu a favorisé par cette parole doit reconnaitre la valeur d’un tel don, s’efforcer de le défendre et de le protéger, être en permanence reconnaissant et plein de joir de l’avoir reçu et essayer avec énergie de le renforcer en lui en étant toujours de bon caractère et en accomplissant les actes vertueux.

Allah al Iskandari dans son livre « Miftah al Fa­lah », le dhikr d’Allah est la clé de la réussite. C’est le pilier de la voie. L’invocateur ne cesse de pratiquer le dhikr et s’il s’adonne à cette pratique et en prend l’habitude, ses pensées ne l’assaillent plus, à tel point que le dhikr du cœur fait corps avec celui de la langue, que la lumière du cœur consume les passions et les diables, que son dhikr intérieur prend de l’ascendant, affaiblissant de la sorte celui de la langue et que son corps est pénétré par ses lumières. Son cœur se purifie des soucis et se soustrait aux suggestions et aux assauts démoniaques. »

Il s’agit comme de tout serviteur consciencieux ou tout amoureux éperdu de s’y adonner avec abondance et quedieu nous préserve d’être ceux dont il est décrit - " A peine s'ils (les hypocrites) invoquent Allâh. " (Coran,.4/142)

d'après Abû Hurayra, l'Envoyé de Dieu - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - a dit : " Quand des gens sont dans une assemblée et ne mentionnent pas Dieu et ne prient pas sur leur Prophète - que Dieu lui accorde la grâce et la paix -, l'angoisse et les remords les saisiront. Si Dieu veut, Il les châtie et s'Il veut, Il leur pardonne. "

Selon Mu'âdh Ibn Jabal, l'Envoyé de Dieu - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - a dit : " Les hôtes du Paradis ne regretteront que l'heure qui est passée sans qu'ils aient mentionné Dieu. "

Ibn 'Abbas a précisé que:"l'invocation de Dieu s'accomplit aprés chaque prière(rituelle),ainsi qu'au matin et au soir,au moment du réveil,et en quittant la demeure et en y revenant."

Mujahid a dit:"L'individu n'est considéré comme faisant partie des dhakirounes(les hommes du dhikr) et des dhakirates(les femmes du dhikr) que s'il invoque Dieu en étant debout,assis et allongé.

Se réunir autour de lâ ilâha illâ ‘llâh (les autres noms de Dieu ont tous cette finalité), signifie réaliser la présence de Dieu dans le cœur, c’est-à-dire finalement la paix. Et c’est cela la vérité de l’Islam, de l’Iman et de l’Ihsan. Le dhikr propulse le serviteur, qu'il soit allongé dans son lit, qu'il vaque à ses occupations au marché, qu'il soit malade ou en bonne santé et qu'il soit dans un état qui le baigne dans le bonheur et de douceur. Il n'y a rien qui puisse produire de tels effets à tous les moments et dans toutes les circonstances à l'exception du dhikr.

Le dhikr fait avancer le serviteur alors qu'il dort dans son lit, à tel point qu'il devance celui qui est éveillé et insouciant : l'un se réveille ayant devancé le cortège, tout en étant allongé dans son lit, l'autre se trouve le matin debout en arrière garde. Ce sont les faveurs de Dieu ; Il les octroie à qui Il veut.

Abou al-Hassen ad-Darrâj a dit : »Al-Junayd a parlé des connaissants en Dieu et le soin qu’ils prennent à leurs wirds et à leurs pratiques cultuelles même après que Dieu les a embellis par plusieurs karamates (prodiges).Il a dit à ce sujet : »Le culte pour les connaissants est meilleur que les couronnes sur la tete des rois. »Un homme a vu al-Junayd,un chapelet à la main et lui dit : »Comment,toi,avec toute ta noblesse,tu portes un chapelet dans ta main ? » -« Certes !Ce chapelet est la cause (par) qui (Dieu) nous a fait atteindre la station ou nous nous trouvons. Nous ne renoncerons jamais à son usage.

Quand un serviteur s’adonne à l’invocation et le reconnait jusqu’à devenir familier c’est que Dieu l’aime. C’est ainsi que le Nom mène à celui qui est nommé.

Un connaissant a dit Ma vie est agréable et mon cœur lumineux

Grâce au souvenir d’un Seigneur Glorieux

Chaque fois que j’invoque mon Seigneur

Je tremble de désir de le rencontrer.

Il poursuit par ses mots :

«Il s’agit d’un immense bienfait dont Dieu a gratifié ceux qui l’invoquent. Conserve donc ce cadeau en te montrant reconnaissant : en effet se montrer reconnaissant pour cette porte qu’est le souvenir de Dieu,  c’est agir en conséquence. Autrement dit, c’est en pratiquant l’invocation qu’on remercie Dieu de nous avoir donné cette porte d’accès à Lui : quelle excellente mort et quelle belle résurrection.»

Les bénéfices que l’on retire de l’invocation sont innombrables et il suffit de rappeler que Dieu a préparé pour ceux qui s’y adonnent « un pardon et une récompense immense » (33 :35)

- il développe l’amour pour Dieu. Celui qui cherche l’accès à l’amour pour Dieu doit pratiquer le dhikr à profusion. De même que la lecture et la répétition sont la source de la connaissance, le dhikr de Dieu est la porte d’accès à Son amour.

- le dhikr implique la muraqaba (méditation), par laquelle on atteint le stade de l’ihsan (excellence), dans lequel on adore Dieu comme si on Le voyait réellement.

- les assemblées de dhikr sont des assemblées d’anges,

- par la vertu du dhikr, la personne qui pratique le dhikr est bénie, de même que la personne qui est assise à côté d’elle.

- bien que le dhikr soit la forme d’adoration la plus aisée (le mouvement de la langue est plus aisé que le mouvement de toute autre partie du corps), il est pourtant la plus vertueuse.

- le dhikr est une de sadaqa (aumône).

Sidi Hamza a dit : « L’invocation est la cause de tous les bienfaits »

Source http://www.saveurs-soufies.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

copyright Al-himma 2010-2017